Aminata BARO

     Mais déjà qu’est-ce qui t’as pris de te mettre au grec en 1ère, sans aucune expérience ? En fait j’ai décidé ça sur un coup de tête, je ne savais pas du tout à quoi m’attendre ! On m’a juste dit qu’on ferait des voyages, etc…, donc je me suis dit WHY NOT ?!

     Et pourquoi t’es restée ? Après tout c’est une langue morte, qui n’intéresse personne, pourquoi as-tu alourdi ton emploi du temps pour ça ? Les cours de grec c’était … un peu la récré disons ! Sérieusement, ce qui était bien c’est que c’était non seulement un cours où on apprenait … bah du grec, mais aussi un cours où le prof est réellement à notre écoute, sans faire semblant. Par exemple quand on avait besoin de conseils pour notre orientation, il faisait tout pour qu’on ait les réponses à nos questions ! Ensuite on parlait beaucoup de culture, de politique, ou de la société tout simplement. Et mine de rien, il y avait souvent des petites références à notre « programme » en grec, donc un gros plus pour nous et pour notre bac ! Parce que oui ce qui m’a retenu c’est aussi ça, j’étais pas trop malheureuse en voyant mon petit 19/20 en grec, matière que (j’ai honte de l’avouer) je ne bossais pas des masses!

     Ok, mais aujourd’hui, ça te sert à quoi de savoir que Platon était un disciple de Socrate, et que selon eux les cygnes ont un grand pouvoir divinatoire ? Honnêtement, bien plus que je ne le pensais ! On n’apprenait pas qu’à traduire bêtement des textes en grec, on apprenait aussi à décortiquer les mots de la langue française. Aujourd’hui, étant en 1ère année de médecine, je peux vous jurer que ça m’a bien aidé de savoir que « holocrine » venait de holo (= entièrement) et krino (séparer, sécréter), pour retenir que les glandes holocrines rompent complètement leur membrane pour sécréter ce qu’elles doivent sécréter, et tellement d’autres choses !

     Et quand t’auras fini tes études, ça t’aura apporté quoi, dans la VRAIE vie ?
La culture, encore la culture, toujours la culture ! Et la réflexion aussi… D’un côté, le voyage que j’ai fait (en Italie : Venise, Pise (la tour elle est maaaagnifique!!), Vérone), m’a permis de découvrir des endroits magiques, de découvrir un peu la culture des italiens, et de l’autre, les textes qu’on apprenait (certes … un peu barbants pour certains) m’ont appris plus de choses sur l’histoire, la culture et la philosophie des grecs (qui, mine de rien, sont la base des nôtres) que les cours d’histoire ! D’ailleurs, aujourd’hui encore (en médecine), on me parle d’Hippocrate, de Socrate, de la médecine grecque et tout ce qui s’en suit ! Donc dans quelques années, quand je discuterais avec mes collègues (entre deux appendicectomies, électroencéphalogrammes, et autres plaisirs en tout genre) du système démocratique, ou de la légitimité de l’euthanasie, j’aurais de bons arguments !

Aminata Baro,
Bac S 2013 mention bien