Marine GAILLARD

    « Qu’est-ce que m’a apporté le grec ?

Pour être sincère, la première chose à laquelle je pense, c’est un 16 au bac. 18 points qui m’ont permis de rattraper une note en maths légèrement défaillante. Si j’ai choisi de prendre le grec comme option, c’est parce qu’un professeur s’est donné la peine de venir « vendre » sa matière dans mon ancien collège.

L’avantage avec une option comme le grec, c’est qu’on peut être assuré d’avoir une bonne note en y mettant un peu du sien. Bien évidemment, ce n’est pas la seule chose que m’a apporté le grec.

Quand on commence en seconde, on apprend l’alphabet grec, les déclinaisons. Celles-ci nous permettent de revoir les bases de la grammaire et de nous améliorer en français. L’étymologie nous permet de déchiffrer les mots un peu barbares auxquels nous sommes confrontés tout au long de notre scolarité, surtout quand on choisit de faire des études scientifiques. Quand à la mythologie, la partie la plus intéressante, elle nous permet d’approfondir nos connaissances sur le monde grec et d’enrichir notre culture générale.

Les deux autres années ont été la traduction pure et dure mais cela m’a permis de faire travailler ma mémoire. Le mieux dans tout ça, c’est le sentiment de fierté quand on a dû travailler sur son texte et qu’on arrive à le traduire. On se dit qu’on est capable de faire quelque chose que d’autres ne peuvent pas.

Je ne regrette pas d’avoir fait du grec car c’est à la fois utile et intéressant. »

Marine GAILLARD